Home » Etudes bibliques » LE SYMBOLISME DU SANCTUAIRE » SYMBOLISME DU SANCTUAIRE III

SYMBOLISME DU SANCTUAIRE III

LE SYMBOLISME DU SANCTUAIRE (11)

LE SYMBOLISME DU SANCTUAIRE (11) - Les yeux sur Jésus

LES COUVERTURES (2) (Exode 26) 

 

La 3ème couverture était filée en poils de chèvre par les femmes israélites : "Toutes les femmes dont le cœur était bien disposé, et qui avaient de l'habileté, filèrent du poil de chèvre" (Exode 35:26). Il y a de nombreux détails sur cette couverture mais je parlerai seulement de l'essentiel. Elle était composée de 11 tapis assemblés en 2 morceaux, l'un de 5 tapis et l'autre de 6 tapis. Ces 2 morceaux étaient assemblés en un seul pour former une couverture qui était attachée par 50 lacets de chaque coté. Le poil de chèvre est un symbole de pauvreté, de dénuement, d'humilité :"ils furent lapidés, sciés, torturés, ils moururent tués par l'épée, ils allèrent çà et là vêtus de peaux de brebis et de peaux de chèvres, dénués de tout, persécutés, maltraités, eux dont le monde n'était pas digne" (Hébreux 11:37). Cette 3ème couverture est encore un symbole de Jésus, celui qui nous revêt de sa justice (le blanc, la justice). En effet Jésus s'est dépouillé, il s'est humilié, il s'est fait pauvre pour nous, il a revêtu notre humanité de pauvre pécheur et a marché jusqu'à la croix afin de nous rendre juste.

Le fait que ce soit des femmes du peuple "dont le cœur était bien disposé" qui aient filé cette couverture, ce vêtement de pauvreté, nous fait penser à Marie qui "revêtit" Jésus de son humanité, elle le tissa, le conçût en son sein, le portant dans son corps.

Il y a là aussi une allusion à toutes ces femmes qui accompagnaient Jésus dans son humble ministère "Les douze étaient avec lui et quelques femmes qui avaient été guéries d'esprits malins et de maladies: Marie, dite de Magdala, de laquelle étaient sortis sept démons, Jeanne, femme de Chuza, intendant d'Hérode, Susanne, et plusieurs autres, qui l'assistaient de leurs biens (Luc 8:2,3). Ces femmes et de nombreuses autres au travers des siècles, sont celles qui "filaient" pour Jésus, leur Sauveur, elles ont tissé un témoignage de la justice de Christ envers toutes les femmes. Si le péché a bousculé la place de la femme auprès de l'homme, Jésus par sa justice l'a réhabilité. Lorsque Jésus vivait ses derniers instants, alors qu'Il était abandonné des hommes, son coeur se tourna vers sa mère. Que va t-elle devenir, qui s'occupera de ma mère bien aimée ?

Alors Jésus la confia à Jean, celui qui était présent: "Jésus, voyant sa mère, et auprès d’elle le disciple qu’il aimait, dit à sa mère : Femme, voilà ton fils. Puis il dit au disciple: Voilà ta mère. Et, dès ce moment, le disciple la prit chez lui " (Jean 19:26,27)

La femme est le vis à vis de l'homme et elle a une place importante dans le sanctuaire. N'oublions pas que l’Église est l'épouse de Christ, celle qu'Il chérit.

Cette couverture était donc faite de 11 morceaux. Les 50 lacets qui attachaient cette couverture nous rappellent le jubilé,50 étant le chiffre du jubilé, de la délivrance de l'esclavage: "Et vous sanctifierez la cinquantième année, vous publierez la liberté dans le pays pour tous ses habitants: ce sera pour vous le jubilé; chacun de vous retournera dans sa propriété, et chacun de vous retournera dans sa famille." (Lévitique 25:10)

La justice du Christ (le poil de chèvre blanc) est liée à la liberté (les 50 lacets): "En effet, la loi de l’esprit de vie en Jésus-Christ m’a affranchi de la loi du péché et de la mort" (Romains 8:2).

"L’esprit du Seigneur, l’Eternel, est sur moi, Car l’Eternel m’a oint pour porter de bonnes nouvelles aux malheureux ; Il m’a envoyé pour guérir ceux qui ont le cœur brisé, Pour proclamer aux captifs la liberté, Et aux prisonniers la délivrance" (Esaïe 61:1);

"Si donc le Fils vous affranchit, vous serez réellement libres " (Jean 8:36)

Jésus, mon sauveur, a revêtu mon humanité, ma faiblesse, et par son obéissance il m'a rendu juste (Romains 5:19), Il m'a affranchi de l'esclavage du péché et bientôt, je retournerai dans ma demeure, le paradis, l’Éden que Dieu m'a donné dès les origines et j'y retrouverai ma famille céleste, mes frères et sœurs enfants de Dieu, pour une vie d’éternité, de bonheur et de paix dans les parvis célestes auprès du Roi des rois.

 

Ainsi les 3 premières couvertures du sanctuaire symbolisaient Christ, sa protection, son sacrifice et sa justice pour nous.

 

La 4ème couverture était faite de "10 tapis de fin lin retors et d'étoffes teintes en bleu, en pourpre et cramoisi". Nous connaissons déjà ces couleurs, ce sont les mêmes que celles qui composaient la porte du parvis, les rideaux. Je vous rappelle leurs signification: le blanc, c'est la justice de Dieu, le bleu, c'est l’obéissance aux commandements de Dieu, le pourpre, c'est la royauté et le cramoisi (rouge sang) c'est, bien sur, le sacrifice de Jésus, son sang versé pour nous.

Nous avions clairement compris que la porte (comme cette 4ème couverture) représentait Jésus Lui-même.

Cette couverture, la 4ème, est donc celle que l'on voyait de l’intérieur, au plafond du sanctuaire. Des chérubins "artistement travaillés" étaient représentés sur cette couverture. Cette couverture était formé en 2 parties de 5 tapis. Ces deux parties étaient attachées ensemble par des lacets de couleurs bleue 50 d'un coté et 50 de l'autre. 50 agrafes en or permettaient de terminer la jointure de ces deux parties. Les chérubins brodés sur la 4ème couverture (représentant Jésus) sont l'image du ministère des anges dans l’Église.

Ils sont brodés "sur" Christ: "Et il lui dit: En vérité, en vérité, vous verrez désormais le ciel ouvert et les anges de Dieu monter et descendre sur le Fils de l'homme" (Jean 1:51).

Ces anges sont donc sur le plafond du sanctuaire et désirent eux aussi voir ce qui se passe au sein de l’Église (le lieu saint représente l’Église, nous le verrons plus tard): "afin que les dominations et les autorités dans les lieux célestes connaissent aujourd'hui par l'Église la sagesse infiniment variée de Dieu" (Éphésiens 3:10) "nous (les chrétiens, l’Église) avons été en spectacle au monde, aux anges et aux hommes." (1 Corinthiens 4:9)

Nous verrons lors de l'étude de l'Apocalypse que les anges regardent avec intérêt ce qui se passe parmi le peuple de Dieu. N'oublions pas que les anges ont été touchés aussi par le péché, certains ont chuté, d'autres non mais la mort de Jésus et notre acceptation de celle-ci a une importance capitale pour le monde céleste : "Dieu a tant aimé le monde (en grec kos’-mos, c'est à dire le cosmos, l'univers) qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle." La mort de Jésus a une importance pour tout l'univers. Si ces anges sont présent dans le lieu saint (l’Église), sur cette couverture, c'est tout à fait normal, les anges "ne sont-ils pas tous des esprits au service de Dieu, envoyés pour exercer un ministère en faveur de ceux qui doivent hériter du salut ?"

 

Voyez comment chaque détails du sanctuaire révèle une réalité du merveilleux plan du salut de Dieu.

LE SYMBOLISME DU SANCTUAIRE (12)

LE SYMBOLISME DU SANCTUAIRE (12) - Les yeux sur Jésus

LES PLANCHES DU SANCTUAIRE.

48 planches formaient l'ossature, les murs du sanctuaire.
24 formaient le lieu saint qui était rectangulaire (12 au sud et 12 au nord) et 24 autres formaient le lieu très saint qui était cubique (8 au sud, 8 à l'ouest et 8 au nord). Ces planches étaient en bois d’acacia, recouvertes d'or et posées sur des bases d'argent. Selon les symboles que nous avons déjà vu, ces planches qui forment "le temple de Dieu" représentent les chrétiens : le bois étant le symbole de l'humanité, l'or représente la foi "afin que l’épreuve de votre foi, plus précieuse que l’or périssable qui cependant est éprouvé par le feu" (1 Pierre 1:7) et les bases en argent c'est le rachat, la rédemption, nous l'avons déjà vu.
Alors pour résumer, ce bois, cet or et cet argent, ces planches sont des hommes et des femmes qui ont la foi dans la rédemption de Jésus Christ, il s'agit bien de chrétiens formant le temple de Dieu : "Ne savez-vous pas que vous êtes le temple de Dieu, et que l'Esprit de Dieu habite en vous ?" (1Corinthiens 3:16).
Leur nombre confirme cela : 24 planches dans le lieu saint : 24 c'est 2 x 12.
2 étant le chiffre de la communion, du partage et 12 celui du peuple de Dieu (12 tribus, 12 disciples etc.), Il s'agit d'un peuple qui est en communion avec Dieu. Et pareillement, on trouve 24 planches dans le lieu très saint (nous y reviendrons, il y a là quelque chose d'extraordinaire que je partagerai avec vous plus tard).
L'Église, temple vivant de Dieu n'est-elle pas la porteuse même de l'alliance de Dieu avec les hommes, le corps, l'épouse ?
Ces planches mesuraient 10 coudées de hauteur et étaient posées sur 2 bases d'argent, 10 étant la " totalité humaine chiffrable", un maximum, il signifie du maximum, de la plénitude dans ma relation avec Dieu (2, le chiffre de la relation) c'est ce que Dieu propose à son peuple, son Église, une communion parfaite et intime avec Lui, un rétablissement de cette communion perdue dans le jardin d’Éden.
Ces planches étaient reliées ensemble par 4 barres en bois recouvertes d'or, 4 étant le chiffre de ce qui est terrestre, cela signifie que nous sommes liés ensemble par notre humanité, notre faiblesse humaine mais non pas sans la foi (l'or). Mais il y avait aussi une barre, une seule, qui reliait les planches entre elles par leur centre, par leur cœur et elle était faite d'une seule pièce, c'est à dire de toute la longueur du temple: Il s'agit de l'amour de Jésus, cet amour qui transperce nos coeurs et qui unit les chrétiens "l'amour qui est le lien de la perfection" (Colossiens 3:14), c'est ce lien qui tient le temple debout d'un bout à l'autre.
Dans la prochaine étude, nous commencerons à voir ensemble quels sont les éléments qui se trouvent dans le lieu saint et nous en découvrirons leurs extraordinaires significations.

 

LE SYMBOLISME DU SANCTUAIRE (13)

LE SYMBOLISME DU SANCTUAIRE (13) - Les yeux sur Jésus

DANS LE LIEU SAINT

Alors que je suis passé par la porte du parvis (ma rencontre avec Jésus), que je me suis trouvé face à l'autel des sacrifice (mon acceptation de la croix) et après m'être purifié dans la cuve des ablutions (le baptême) alors, je suis dans la mesure d'entrer dans le lieu saint, qui est le symbole de l’Église (Non pas le bâtiment, ni même une communauté mais le corps du Christ) nous le verrons. Il y a, à nouveau, une porte, un rideau de 4 couleurs que nous avons déjà vu, représentant Jésus, le roi qui fut obéissant jusqu'à verser son sang pour nous apporter la justice éternelle (voir l'étude "la porte du parvis"). Puis nous découvrons 3 éléments dans le lieu saint qui sont les 3 éléments essentiels à la vie de l’Église. Le premier, à gauche, est le chandelier à 7 branches appelé aussi plus tard "la Menorah". Celui qui est en face de l'entrée est l'autel des parfums et celui qui est sur la droite, c'est la table des pains de propositions. Nous verrons ensemble ces 3 éléments indispensables à la vie de l’Église et donc, de chaque chrétien.

Je poste une vidéo afin que chacun puisse bien visualiser le sanctuaire et ces éléments.

 

LE SYMBOLISME DU SANCTUAIRE (14)

LE SYMBOLISME DU SANCTUAIRE (14) - Les yeux sur Jésus

LE CHANDELIER (1)

 

Voilà une vraie merveille qui nous apparait à l'entrée du lieu saint, sur le coté gauche, au sud, certainement pour moi, l'élément le plus riche en symboles.

C'est un chandelier en or pur, en or battu, d'une seule pièce. Il est composé d'une tige centrale de laquelle sortent symétriquement 6 branches. On ne connait pas ses dimensions mais le texte nous précise que son poids était d'un talent, un talent or, c'est à dire environ 50 kilos d'or pur. Ce chandelier était décoré de calices en forme d'amandes avec des pommes et des fleurs.

Que symbolise ce chandelier ?

Le chandelier est par définition un "porte lumière" et à ce titre, il est le symbole en premier lieu de Jésus: "Je suis la lumière du monde" (Jean 8:12) et en second lieu de l’Église, c'est à dire vous et moi: "Vous êtes la lumière du monde" (Matthieu 5:14), Il y aurait beaucoup à dire sur la lumière qui est en Jésus-Christ et nous en parlerons ensemble un jour.

Ce chandelier représente donc l’Église, sachant que Jésus en est la tête et que nous en sommes le corps, formant avec Lui une seule pièce comme l’Époux et l’Épouse deviennent une seule chair. Pour confirmer cette idée, voilà un texte très clair: "je vis sept chandeliers d'or, et au milieu des sept chandeliers, quelqu'un qui ressemblait à un fils d'homme...les sept chandeliers sont les sept Églises." (Apocalypse 1:12,13,20) Ce texte nous apprend que Jésus est au milieu de son Église, "car là où deux ou trois sont assemblés en mon nom, je suis au milieu d'eux." (Matthieu 18:20).

Là encore, si les dimensions de cet élément ne sont pas données par Dieu c'est qu'on ne peut le mesurer. En effet, l’Église ne peut être dénombrée: "je te bénirai et je multiplierai ta postérité, comme les étoiles du ciel et comme le sable qui est sur le bord de la mer" (Genèse 22:17) "il y avait une grande foule, que personne ne pouvait compter, de toute nation, de toute tribu, de tout peuple, et de toute langue" (Apocalypse 7:9).

 

L'or pur, nous l'avons déjà vu, représente la foi: "afin que l'épreuve de votre foi, plus précieuse que l'or périssable qui cependant est éprouvé par le feu...je te conseille d'acheter de moi de l'or éprouvé par le feu" (1 Pierre1:7 - Apocalypse 3:18). Cette foi doit passer par des épreuves afin d'être épurée, c'est pourquoi l'or était battu au marteau afin de prendre la forme désirée par Dieu.

Jésus fut "battu" pour nous et sa foi fut éprouvée à l’extrême:

"et, après l'avoir battu de verges, on le fera mourir; et le troisième jour il ressuscitera." (Luc 18:33)

Il fut "frappé pour les péchés de mon peuple" (Esaïe 53:8)

Il s'agit là des souffrances non seulement physiques de Jésus mais aussi de ses souffrances morale, sa foi fut "battue", éprouvée au plus haut degrés:

"Mon Père, s'il n'est pas possible que cette coupe s'éloigne sans que je la boive, que ta volonté soit faite !" (Matthieu 26:42)

"Étant en agonie, il priait plus instamment, et sa sueur devint comme des grumeaux de sang, qui tombaient à terre." (Luc 22:44)

Nul n'est besoin de vous rappeler les souffrances que le Fils de Dieu subit pour nous: "Méprisé et abandonné des hommes, Homme de douleur et habitué à la souffrance" (Esaïe 53:3)

La foi du Fils de Dieu fut battue afin qu'Il devienne notre rédempteur: "C’est lui qui, dans les jours de sa chair, ayant présenté avec de grands cris et avec larmes des prières et des supplications à celui qui pouvait le sauver de la mort, et ayant été exaucé à cause de sa piété, a appris, bien qu’il fût Fils, l’obéissance par les choses qu’il a souffertes, et qui, après avoir été élevé à la perfection, est devenu pour tous ceux qui lui obéissent l’auteur d’un salut éternel" (Hébreux 5:7-9).

 

Nous aussi, qui sommes partie intégrante du chandelier, nous sommes battus à l'image de Christ: "tous ceux qui veulent vivre pieusement en Jésus Christ seront persécutés" (2 Timothée 3:12) afin d'être "transformés en la même image, de gloire en gloire" (2 Corinthiens 3:18).

Bien que personne ne puisse comprendre ce que Jésus à souffert dans son âme à la croix, il nous faut nous aussi porter la croix dans un esprit de renoncement à nous même " Si quelqu’un veut venir après moi, qu’il renonce à lui-même, qu’il se charge de sa croix, et qu’il me suive." (Marc 8:34) et il nous faut nous aussi être "crucifié avec Christ" (Galates 2:20) afin que "nous soyons un" avec Lui.

 

LE SYMBOLISME DU SANCTUAIRE (15)

LE SYMBOLISME DU SANCTUAIRE (15) - Les yeux sur Jésus

LE CHANDELIER (2)

 

Le chandelier tenait sur un pied central, la branche principale, la base, symbole de Jésus: "Car personne ne peut poser un autre fondement que celui qui a été posé, savoir Jésus-Christ"

(1 Corinthiens 3:11). Il est la pierre angulaire, le roc sur lequel est posé tout l'édifice.

Les branches étaient au nombre de 7; inutile de revenir sur ce chiffre, c'est le chiffre de la plénitude, de ce qui est achevé et accompli. En effet cette plénitude de l’Église est possible si les 6 autres branches sont  "greffées" sur la branche centrale, le pied, si nous sommes unis à Christ.

Nous pouvons remarquer que l'image du cep et des sarments se retrouve ici  "Demeurez en moi, et je demeurerai en vous. Comme le sarment ne peut de lui-même porter du fruit, s’il ne demeure attaché au cep, ainsi vous ne le pouvez non plus, si vous ne demeurez en moi " (Jean 15:4)

Mais l'image va plus loin car les branches sont unies à la branche du centre en une seule pièce par un lien indissociable: la foi (l'or) "nous sommes devenus une même plante avec lui" (Romains 6:5)

Laissons s'exprimer l'image d'elle même. Regardez le chandelier d'or: Sa base touche au sol, elle soutient et élève les autres branches: oui, Jésus est venu sur terre, Il a revêtu notre nature et a marché parmi nous afin de nous rendre "participants de la nature divine" (2 Pierre 1:4) "participants de Christ" (Hébreux 3:14).

La branche centrale, qui est aussi le pied, porte 6 autres branches.

6 étant le chiffre de l'humanité et du péché de l'homme, cela signifie que Jésus, la branche du centre, a porté notre humanité et notre péché afin de nous donner la vie et de nous élever vers le trône du Père faisant de nous des enfants de Dieu, toujours par le lien de l'or, le lien de la foi: "à ceux qui croient en son nom, elle (la Parole) a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu" (Jean 1:12).

Les 6 branches sont toutes alignées à une même hauteur: la hauteur de la branche centrale car Dieu veut que "nous soyons tous parvenus à l'unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu, à l'état d'homme fait, à la mesure de la stature parfaite de Christ" (Éphésiens 4:13). Ceci nous indique qu'il est possible d’être transformé à son image mais seulement dans notre communion avec Lui: "tout disciple accompli sera comme son maître" (Luc 6:40)

Jésus étant la branche centrale, elle est la plus grande car "Il sera grand et sera appelé Fils du Très Haut" (Luc 1:32) Remarquez une leçon importante qui apparait d'un simple coup d’œil: plus une branche est proche de la branche centrale et plus elle est petite ! Au contact du Sauveur crucifié, mon orgueil s'abaisse et je deviens plus humble, plus petit.

Plus je m'approche de Lui et plus le "moi" diminue: "Il faut qu’il croisse, et que je diminue" (Jean 3:30). Mon humilité me rapprochera davantage de jour en jour de Jésus: "Heureux ceux qui reconnaissent leur pauvreté spirituelle, car le royaume des cieux leur appartient !" (Matthieu 5:3)

 

Quel belle image que ce chandelier d'or, quelle belle image de l’Église, lumière du monde dont la source est en Dieu !

Le chandelier d'or a encore d'autres richesses à nous dévoiler, nous les découvrirons ensemble.