Home » Etudes bibliques » LE LIVRE DE L'APOCALYPSE » LE LIVRE DE L'APOCALYPSE 5

LE LIVRE DE L'APOCALYPSE 5

Le livre de l'Apocalypse (20)

Le livre de l'Apocalypse (20) - Les yeux sur Jésus

Frères et sœurs, j'ai essayé de partagé au mieux avec vous concernant la structure du livre de l'Apocalypse et je me suis aperçu que cela n'a pas été évident de le faire par écrit au rythme de 2 publications par semaine. J'ai l'habitude de partager ce sujet de vive voix avec des schémas à l'appui et je comprend que la plupart aient décroché avant la fin. Je reviendrai donc de temps en temps sur la structure, si nécessaire, au cours de l'étude du livre. Dès la semaine prochaine, nous reprendrons l'étude là où nous étions arrêté, c'est à dire à partir d'Apocalypse 1:9, les 8 premiers versets étant l'introduction du livre comme nous l'avons vu.

Je partagerai donc une interprétation qui me semble juste dans son ensemble mais certainement incomplète car nul ne peut dire qu'il a tout compris ; sachant que de nombreux événements sont encore à venir nous ne pouvons pas être catégorique quant à l'interprétation des prophéties.

Comme à mon habitude, je ne prendrai que la bible comme sa propre interprète tout en prenant l'histoire pour appui concernant les événements passés.

 

Que Le Seigneur vous donne faim et soif de ses prophéties car «  nous tenons pour d’autant plus certaine la parole prophétique, à laquelle vous faites bien de prêter attention, comme à une lampe qui brille dans un lieu obscur, jusqu’à ce que le jour vienne à paraître et que l’étoile du matin se lève dans vos cœurs » (2 Pierre 1:19)

 

 

Le livre de l'Apocalypse (21)

Le livre de l'Apocalypse (21) - Les yeux sur Jésus

Apocalypse 1:9

 

« Moi Jean, votre frère, et qui ai part avec vous à la tribulation et au royaume et à la persévérance en Jésus, j’étais dans l’île appelée Patmos, à cause de la parole de Dieu et du témoignage de Jésus. »

 

Patmos est un îlot, un lieu d'exil pour les hommes jugés indésirables par Rome. Rome reproche à Jean d'avoir prêché « la parole de Dieu et le témoignage de Jésus ».

Jean, seul survivant des douze, peut être considéré comme un type, un symbole du peuple du reste (peuple fidèle à la fin des temps) de la fin et nous verrons d'ailleurs par la suite que Dieu fait de lui un acteur dans sa propre vision, incarnant ainsi le peuple de la fin.

Il est généralement reconnu que Jean fut exilé en l'an 95, pendant la persécution de l'empereur Domitien. Après la mort de ce dernier, en l'an 96, Jean retournera à Éphèse où il mourra de mort naturelle entre l'an 101 et 104.

 

Le témoignage de Jésus

Nous avons déjà parlé de ce sujet ; celui-ci signifie le témoignage que Jean et les autres chrétiens ont rendu de Jésus Christ :

«  Quand il ouvrit le cinquième sceau, je vis sous l’autel les âmes de ceux qui avaient été immolés à cause de la parole de Dieu et à cause du témoignage qu’ils avaient rendu. » (Ap 6:9)

« Ils l’ont vaincu à cause du sang de l’agneau et à cause de la parole de leur témoignage, et ils n’ont pas aimé leur vie jusqu’à craindre la mort. » (Ap 12:11)

« Et je vis des trônes ; et à ceux qui s’y assirent fut donné le pouvoir de juger. Et je vis les âmes de ceux qui avaient été décapités à cause du témoignage de Jésus et à cause de la parole de Dieu (Ap 20:4)

Mais ce témoignage de Jésus a aussi un autre sens, il s'agit d'une révélation donnée par Jésus à ses prophètes, ici à Jean :

«  Révélation de Jésus-Christ, que Dieu lui a donnée pour montrer à ses serviteurs les choses qui doivent arriver bientôt, et qu’il a fait connaître, par l’envoi de son ange, à son serviteur Jean, lequel a attesté la parole de Dieu et le témoignage de Jésus-Christ, tout ce qu’il a vu. » (Ap 1: 1,2)

Ceci est confirmé dans ce texte : «  Je suis ton compagnon de service, et celui de tes frères qui ont le témoignage de Jésus. Adore Dieu.  Car le témoignage de Jésus est l’esprit de la prophétie. » (Ap 19:10) Les frères de Jean, auxquels fait allusion ici l'ange, sont aussi des prophètes :

«  Je suis ton compagnon de service, et celui de tes frères les prophètes » (Ap 22:9)

Ce témoignage de Jésus est donc une révélation donnée par Jésus à ses prophètes.

Le livre de l'Apocalypse (22)

Le livre de l'Apocalypse (22) - Les yeux sur Jésus

Apocalypse 1:10

 

«  Je fus ravi en esprit au jour du Seigneur, et j’entendis derrière moi une voix forte, comme le son d’une trompette »

Ce verset comporte 3 points que nous allons voir:

 

1) Jean est ravi en esprit 

Le mot grec traduit par ravi en français est le mot grec « ginomai » qui signifie littéralement « je deviens ». Jean « devint en esprit ». Le même verbe est utilisé pour « j'étais à Patmos », on pourrait dire que Jean a été amené à Patmos et amené en esprit.

 

2) Au jour du Seigneur 

Certains commentateurs y voient une allusion au dimanche, appelé communément « jour du Seigneur » ; historiquement on ne peut pas soutenir cette théorie car le dimanche n'a été appelé « jour du Seigneur » que longtemps après, au cours du 4ème siècle.

D'autres y voient une allusion au retour du Seigneur ; en effet nombreux sont les textes qui décrivent le retour de Jésus comme étant le jour du Seigneur :

«  Le soleil se changera en ténèbres, Et la lune en sang, Avant l’arrivée du jour du Seigneur, De ce jour grand et glorieux. » (Actes 2:20)

« qu’un tel homme soit livré à Satan pour la destruction de la chair, afin que l’esprit soit sauvé au jour du Seigneur Jésus » (1 Corinthiens 5:5)

« comme vous avez déjà reconnu en partie que nous sommes votre gloire, de même que vous serez aussi la nôtre au jour du Seigneur Jésus » (2 Corinthiens 1:14)

« nous vous prions, frères, de ne pas vous laisser facilement ébranler dans votre bon sens, et de ne pas vous laisser troubler, soit par quelque inspiration, soit par quelque parole, ou par quelque lettre qu’on dirait venir de nous, comme si le jour du Seigneur était déjà là » (2 Thessaloniciens 2:2)

Cependant, tous ces textes utilisent à chaque fois un « génitif » du mot Seigneur traduit très justement en français par « Seigneur » ; par contre le texte d'Apocalypse 1:10 est différent, il utilise l'adjectif « seigneurial » (kuriakos ) en grec : « je fus ravi en esprit au jour seigneurial ».

A l'époque de Jean, il existait un jour seigneurial, jour où l'on vénérait l'empereur mais qui ne désignait pas le dimanche. Cette expression de Jean « jour seigneurial » se calque donc sur le jour impérial, jour de vénération de l'empereur et désigne très probablement le jour d'adoration que Jean connaissait bien, le jour du sabbat, samedi, 7ème jour de la semaine. Ce jour, jour de repos sacré pour les juifs, fut le contexte idéal pour Jean afin de recevoir cette révélation de la part du Seigneur.

 

3) J’entendis derrière moi une voix forte, comme le son d’une trompette

Cette même vois introduit 2 sections, celle des églises, ici en Apocalypse 1:10 et celle des sceaux

En Apocalypse 1:10, Jean est appelé et, se retournant, il voit apparaître Jésus :

«  Je me retournai pour connaître quelle était la voix qui me parlait. Et, après m’être retourné, je vis sept chandeliers d’or, et, au milieu des sept chandeliers, quelqu’un qui ressemblait à un fils d’homme, vêtu d’une longue robe, et ayant une ceinture d’or sur la poitrine » (Apocalypse 1:12,13)

On pourrait d'abord supposer que c'est Jésus qui lui parle « comme le son d'une trompette » mais le fait qu'il le voit ne veut pas dire que ce soit lui qui l'ait interpellé.

D'ailleurs dans l'introduction aux 7 sceaux nous trouvons ceci :

«  Après cela, je regardai, et voici, une porte était ouverte dans le ciel. La première voix que j’avais entendue, comme le son d’une trompette, et qui me parlait, dit : Monte ici, et je te ferai voir ce qui doit arriver dans la suite » (Apocalypse 4:1) 

ici, nous voyons que Jean est interpellé par la même voix que celle du chapitre 1, à l'introduction des 7 Églises. Seulement, ici, la voix de celui qui lui avait parlé au chapitre 1 va lui dire « Monte ici, et je te ferai voir ce qui doit arriver dans la suite » et dans la suite Jean va voir apparaître dans la vision, l'agneau immolé, Jésus Lui-même ; il est donc improbable que ce soit Jésus qui parle ici à Jean et qui le conduise dans la vision. Ceci est confirmé par l'introduction du livre : « Révélation de Jésus-Christ, que Dieu lui a donnée pour montrer à ses serviteurs les choses qui doivent arriver bientôt, et qu’il a fait connaître, par L'ENVOI DE SON ANGE »

Une autre confirmation est amenée par le fait que les introductions aux sections du jugement de Babylone et de la nouvelle Jérusalem sont faites aussi par un ange :

«  Puis un des sept anges qui tenaient les sept coupes vint, et il m’adressa la parole, en disant : Viens, je te montrerai le jugement de la grande prostituée qui est assise sur les grandes eaux » (Apocalypse 17:1)

« Puis un des sept anges qui tenaient les sept coupes remplies des sept derniers fléaux vint, et il m’adressa la parole, en disant : Viens, je te montrerai l’épouse, la femme de l’agneau. » (Apocalypse 21:9).

 

 

Le livre de l'Apocalypse (23)

Le livre de l'Apocalypse (23) - Les yeux sur Jésus

Apocalypse 1:11

 

«  qui disait : Ce que tu vois, écris-le dans un livre, et envoie-le aux sept Eglises, à Ephèse, à Smyrne, à Pergame, à Thyatire, à Sardes, à Philadelphie, et à Laodicée. »

 

Ces 7 Églises forment géographiquement un circuit sur la carte d'Asie, ce qui montrait que tout le territoire de l'époque était concerné. Mais puisque nous sommes dans une révélation, une vision prophétique, ces 7 Églises représentent aussi 7 périodes de l’Église chrétienne, soit toute l'histoire de l’Église, de la première venue de Christ,jusqu'à son retour.

Ainsi l’Église d’Éphèse représente l’Église naissante et l’Église de Laodicée, la dernière, celle qui est présente à la fin des temps. Nous verrons ces choses en détails.

 

Apocalypse 1:12,13

 

« Je me retournai pour connaître quelle était la voix qui me parlait. Et, après m’être retourné, je vis sept chandeliers d’or, et, au milieu des sept chandeliers, quelqu’un qui ressemblait à un fils d’homme, vêtu d’une longue robe, et ayant une ceinture d’or sur la poitrine. »

 

Les chandeliers sont des portes lumière, ils sont en or et au nombre de sept ; tout cela évoque des symboles que nous avons déjà vu lors de l'étude du sanctuaire.

Vous pouvez en trouver la signification ici : http://www.lesyeuxsurjesus.com/1/symbolisme_du_sanctuaire_iii_1105113.html

http://www.lesyeuxsurjesus.com/1/symbolisme_du_sanctuaire_iv_1105115.html

 

La vision de Jésus au milieu des chandeliers nous révèle que Christ, le grand prêtre est en service dans le lieu saint du sanctuaire. L’épître aux hébreux nous instruit sur ce sanctuaire :

«  Le point capital de ce qui vient d’être dit, c’est que nous avons un tel souverain sacrificateur, qui s’est assis à la droite du trône de la majesté divine dans les cieux, comme ministre du sanctuaire et du véritable tabernacle, qui a été dressé par le Seigneur et non par un homme. » (Hébreux 8:1,2)

«  Mais Christ est venu comme souverain sacrificateur des biens à venir ; il a traversé le tabernacle plus grand et plus parfait, qui n’est pas construit de main d’homme, c’est-à-dire, qui n’est pas de cette création ; et il est entré une fois pour toutes dans le lieu très saint, non avec le sang des boucs et des veaux, mais avec son propre sang, ayant obtenu une rédemption éternelle. Car si le sang des taureaux et des boucs, et la cendre d’une vache, répandue sur ceux qui sont souillés, sanctifient et procurent la pureté de la chair, combien plus le sang de Christ, qui, par un esprit éternel, s’est offert lui-même sans tache à Dieu, purifiera-t-il votre conscience des œuvres mortes, afin que vous serviez le Dieu vivant ! Et c’est pour cela qu’il est le médiateur d’une nouvelle alliance, afin que, la mort étant intervenue pour le rachat des transgressions commises sous la première alliance, ceux qui ont été appelés reçoivent l’héritage éternel qui leur a été promis. » (Hébreux 9:11-15)

 

Mais Jésus a-t-il encore quelque chose à faire dans le sanctuaire ? Son œuvre ne s'est-elle pas achevée à la croix ?

Dans le sanctuaire israélite (ombre des choses célestes, hébreux 8:5), une fois l'animal de sacrifice immolé, commençait un service qui se prolongeait toute la journée, c'était le service quotidien.

Mais il existait aussi un service annuel qui avait lieu une fois par an, le jour (ou fête) des expiations ; vous pouvez retrouver cette étude ici :

http://www.lesyeuxsurjesus.com/1/les_7_fetes_de_l_eternel_ii_1105124.html

http://www.lesyeuxsurjesus.com/1/les_7_fetes_de_l_eternel_iii_1105125.html

 

Jésus n'a pas achevé son ministère car même si « Christ est mort ; bien plus, il est ressuscité, il est à la droite de Dieu, et il intercède pour nous ! » (Romains 8:24)

Même si Jésus a accepté d'être immolé pour le monde, la réalisation du plan du salut ne s'achève pas là. Lorsque Christ dira à la croix « tout est accompli » toutes les prophéties messianiques concernant les souffrances et la mort du messie furent accomplies, bien plus, la démonstration de l'amour de Dieu fut accompli ici à la croix jetant à terre les mensonge du diable.

Mais néanmoins, cette parole de Jésus nous laisse entendre qu'il a une œuvre a terminer :

« Il y a plusieurs demeures dans la maison de mon Père. Si cela n’était pas, je vous l’aurais dit. Je vais vous préparer une place. Et, lorsque je m’en serai allé, et que je vous aurai préparé une place, je reviendrai, et je vous prendrai avec moi, afin que là où je suis vous y soyez aussi. » (Jean 14:2,3)

Que veut dire Jésus lorsqu'Il se propose de nous préparer une place ? Quelle est la fonction de Jésus en tant que souverain sacrificateur (grand prêtre) depuis son ascension ?

Autant de question auxquelles le livre de l'Apocalypse donne des réponses.

 

« quelqu’un qui ressemblait à un fils d’homme »

Jésus se présente Lui-même comme le fils de l'homme dans les évangiles, les textes sont nombreux, on en trouve 81 se rapportant à Jésus, uniquement dans les 4 évangiles

La suite du texte nous confirmera qu'il s'agit bien de Jésus.

 

«  vêtu d’une longue robe, et ayant une ceinture d’or sur la poitrine »

En Apocalypse 15:6, les anges qui versent les coupes de la colère de Dieu sur la terre sont vétus de fin lin et portent une ceinture d'or sur la poitrine :

« Et les sept anges qui tenaient les sept fléaux sortirent du temple, revêtus d’un lin pur, éclatant, et ayant des ceintures d’or autour de la poitrine »

Daniel 10:5 présente une vision semblable à celle que Jean voit :

«  Je levai les yeux, je regardai, et voici, il y avait un homme vêtu de lin, et ayant sur les reins une ceinture d’or d’Uphaz. »

 

Lorsque Le grand prêtre officiait quotidiennement dans le sanctuaire, il portait l'éphod, la robe de l'éphod et le pectoral du jugement sur la poitrine. Mais au jour des expiations, il ne portait que la longue robe blanche de fin lin et la ceinture (Lévitique 16:4)

Il semble que la vision de Jean situe Jésus dans ses vêtements de souverain sacrificateur au jour des expiations, la suite du texte nous le confirmera.

 

 

 

Le livre de l'Apocalypse (24)

Le livre de l'Apocalypse (24) - Les yeux sur Jésus

Apocalypse 1:14

 

«  Sa tête et ses cheveux étaient blancs comme de la laine blanche, comme de la neige ; ses yeux étaient comme une flamme de feu »

 

« Sa tête et ses cheveux étaient blancs comme de la laine blanche, comme de la neige » 

Nous retrouvons des caractéristiques identiques dans le livre de Daniel :

« Je regardai, pendant que l’on plaçait des trônes. Et l’ancien des jours s’assit. Son vêtement était blanc comme la neige, et les cheveux de sa tête étaient comme de la laine pure » (Daniel 7:9)

Ces mêmes caractéristiques sont empruntés au Père dans le livre de Daniel (l'ancien des jours assis sur le trône) pour être attribuées au Fils dans l'Apocalypse, Fils qui est Lui-même l'image du Père. J'ouvre une parenthèse : Se pourrait-il que dès le début de la révélation de Jésus Christ, on nous rappelle que le Fils soit l’Égal du Père ? C'est ce que je crois et le texte le confirmera encore plus loin. Nombreux courants essayent de  rabaisser la personne de Jésus Christ, le livre de l'Apocalypse, nous le verrons, remet Christ à sa place, c'est à dire sur son trône, le trône de Dieu. Ce sujet a fait l'objet de nombreux débats au cours des siècles et il en est de même encore aujourd'hui. Pourtant la divinité de Jésus ne peut bibliquement être remise en question et il serait dangereux pour le salut des hommes de penser que Christ est inférieur au Père dans sa nature faisant du Père, un être qui ne se « mouille pas » pour sauver ses créatures mais qui préfère envoyer son Fils bien aimé au sacrifice. N'oublions jamais que « Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même » (2 Corinthiens 5:19). Je ferme la parenthèse

 

« ses yeux étaient comme une flamme de feu »

C'est encore au livre de Daniel que Jean va emprunter la suite de la description de Jésus :

« Son corps était comme de chrysolithe, son visage brillait comme l’éclair, ses yeux étaient comme des flammes de feu » (Daniel 10:6)

Les yeux comme une flamme de feu sous entendent certainement le fait que le regard de Jésus peut mettre en lumière les pensées cachées, même les plus profondes du coeur de l'homme ; rien ne peut échapper à son regard, rien ne peut échapper au feu.

On peut percevoir aussi le feu comme un élément de châtiment mais il est aussi un élément purificateur. Cependant, on peut encore y voir une autre image; regardez ce texte :

« Celui qui fait de ses anges des vents, Et de ses serviteurs une flamme de feu » (Hébreux 1:7)

Dieu a fait de ses serviteurs « une flamme de feu » et «« ses yeux étaient comme une flamme de feu », on peut en conclure que Dieu a les yeux fixés sur ses serviteurs ou que ses serviteurs sont la prunelle de ses yeux : «  celui qui vous touche, touche la prunelle de mon œil. » (Zacharie 2:8 version Tob)

 

Apocalypse 1:15

 

« ses pieds étaient semblables à de l’airain ardent, comme s’il eût été embrasé dans une fournaise ; et sa voix était comme le bruit de grandes eaux »

 

« ses pieds étaient semblables à de l’airain ardent »

Là encore, nous retrouvons la description du personnage de Daniel

« ses bras et ses pieds ressemblaient à de l’airain poli » (Daniel 10:6)

Il s'agit donc bien de Jésus, le texte d'Apocalypse 2:18 nous le confirme : « Voici ce que dit le Fils de Dieu, celui qui a les yeux comme une flamme de feu, et dont les pieds sont semblables à de l’airain ardent »

 

«  comme s’il eût été embrasé dans une fournaise »

Ce détail n'est pas ici par hasard. Dans Daniel 3, le roi Nébucadnetsar fait chauffer à blanc une fournaise où sera jeté quiconque ne lui obéira pas (retrouvez un commentaire de cette histoire ici: http://www.lesyeuxsurjesus.com/1/apercu_du_livre_de_daniel_1099532.html). Les 3 compagnons de Daniel vont refuser de l'adorer et seront jetés dans la fournaise. Un personnage apparaîtra au sein de cette fournaise pour les délivrer, Il s'agit de Jésus Christ Lui-même celui qui avait le visage « d’un fils des dieux » (Daniel 3:25) Les compagnons de Daniel avaient confessés au roi leur foi en Dieu : « Voici, notre Dieu que nous servons peut nous délivrer de la fournaise ardente, et il nous délivrera de ta main, ô roi » (Daniel 3:17). Leur foi fut récompensée, Dieu Lui-même intervient par Le Fils, Il n'envoie pas un ange mais, comme à la croix, il intervient en personne en faveur du salut de ses enfants fidèles.

 

« sa voix était comme le bruit de grandes eaux »

«  Plus que la voix des grandes, des puissantes eaux, Des flots impétueux de la mer, L’Éternel est puissant dans les lieux célestes » (Psaumes 93:4)

« Et voici, la gloire du Dieu d’Israël s’avançait de l’orient. Sa voix était pareille au bruit des grandes eaux, et la terre resplendissait de sa gloire. » (Ézéchiel 43:2)

Cette expression décrit Dieu dans l'ancien testament, ici elle est attribuée au Fils et porte une notion de puissance et de majesté. Voilà qui nous enseigne encore que le Fils est l'image du Père, « l’empreinte de sa personne » (Hébreux 1:3)

Nous pourrions aussi faire un autre rapprochement ; regardez ce texte :

«  Les eaux que tu as vues, sur lesquelles la prostituée est assise, ce sont des peuples, des foules, des nations, et des langues » (Apocalypse 17:15)

Si la voix du Fils est « comme le bruit de grandes eaux » et que les eaux (les grandes eaux en Apocalypse 17:1) sont les hommes, se pourrait-il que les hommes soit l'objet de la voix de Jésus, hommes pour lesquels il intercède auprès du Père ? Pourquoi pas ? Je ne veux pas forcer le texte mais il me semble que le peuple de Dieu soit l'objet du regard de Jésus et l'humanité, le centre de ses paroles d'intercession.

 

A suivre.