Home » Etudes bibliques » LE LIVRE DE L'APOCALYPSE

LE LIVRE DE L'APOCALYPSE

Le livre de l'Apocalypse selon Jean

Le livre de l'Apocalypse selon Jean - Les yeux sur Jésus

Frères et sœurs, je vous propose d'étudier ensemble le livre de l'Apocalypse de Jean, dernier livre de la bible.

L'étude que nous allons entamer sera longue mais néanmoins passionnante !

Le livre de l'Apocalypse est certainement le livre de la parole de Dieu qui a suscité le plus d’intérêt au travers des siècles à cause des mystères qu'il comporte ; mais peut on parler de mystère quand le livre lui même est une révélation ?

Nous découvrirons ensemble que ce livre n'est pas qu'une annonce de catastrophes et de destructions mais au fil des jours, c'est Dieu que nous rencontrerons : Son amour, sa puissance, sa patience, sa douceur, sa discrétion et son humilité se dévoileront peu à peu à la lumière de son plan pour le salut de l'humanité.

Nombreuses ont été les interprétations de ce texte et encore aujourd'hui beaucoup l'utilisent pour annoncer la terreur à venir. Pourtant le livre de l'Apocalypse est le livre de la grâce par excellence :

«   Heureux celui qui lit et ceux qui entendent les paroles de la prophétie, et qui gardent les choses qui y sont écrites ! » (Apocalypse 1:3)

«  Que la grâce du Seigneur Jésus soit avec tous ! » (Apocalypse 22:20)

 

Afin de ne pas nous laisser conduire sur n'importe quel chemin d'interprétation, l'instrument privilégié de notre recherche sera la bible elle même. Nous chercherons d'abord dans le livre de l'Apocalypse puis nous irons dans toute la parole de Dieu, prendre les textes parallèles au texte étudié pour puiser dans leur contexte historique et scripturaire les éléments susceptibles de nous aiguiller et d'éclairer notre recherche. Bien sur, comme dans toute étude de la prophétie, nous ferons appel à l'histoire afin d'y découvrir les accomplissements de la parole de Dieu qui sont parfois si précis qu'ils en deviennent surprenants.

 

Cette étude est sans prétention, elle n'est ni parfaite, ni exhaustive. Si certaines prophéties du livre se situant dans notre passé sont clairement identifiables, beaucoup sont encore à venir et nous devons admettre que seul le temps nous révélera la compréhension parfaite de ces prophéties.

 

La prière sera nécessaire avant chaque lecture de ces études. Dieu seul, par Son Esprit Saint, pourra nous conduire dans la vérité.

Que son amour nous pousse à étudier dans un esprit de partage fraternel, sans divisions, sans jugement, sans critiques négatives et dans le respect des convictions de chacun.

 

«  Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Églises »

(Apocalypse 2 : 7,11,17,29 / 3:6,13,22)

 

 

Apocalypse 1:1

Apocalypse 1:1 - Les yeux sur Jésus

«  Révélation de Jésus-Christ, que Dieu lui a donnée pour montrer à ses serviteurs les choses qui doivent arriver bientôt, et qu’il a fait connaître, par l’envoi de son ange, à son serviteur Jean »

 

Révélation est le premier mot du livre. « Apokalupsis » en grec, il exprime le sens d'enlever, d'écarter, d'ôter un voile. On pourrait traduire littéralement par un « dévoilement ».

Ce livre a donc pour mission d'apporter des lumières, et non de créer des ténèbres et de la peur. Une fois le voile ôté, nous pouvons voir ce qui est derrière.

« ... ils sont devenus durs d’entendement. Car jusqu’à ce jour, le même voile demeure quand ils font la lecture de l’Ancien Testament, et il ne se lève pas, parce que c’est en Christ qu’il disparaît. Jusqu’à ce jour, quand on lit Moïse, un voile est jeté sur leur cœur ; mais lorsque les cœurs se convertissent au Seigneur, le voile est ôté. » (2 Corinthiens 3:14-16)

Ainsi, c'est en Christ que le voile disparaît, lorsque nous sommes réellement convertis au Seigneur ; alors le voile est ôté et nous pouvons entrer dans la révélation. Dieu veut se révéler et révéler sa volonté à ceux qui Lui sont fidèles car seuls ceux qui lui obéissent peuvent percevoir cette révélation ; Il désire  « montrer à ses serviteurs les choses qui doivent arriver bientôt ». Il n'est donc pas possible aux incroyants de comprendre ce livre, c'est ce qui a donné toutes ces interprétations erronées de l'Apocalypse au travers des siècles, faisant de ce livre un sujet de crainte pour les hommes. Bien au contraire, il fortifiera la fois du plus humble. Si un non croyant venait a suivre ces études et qu'il y reconnaisse un appel du Seigneur, alors je suis persuadé que L'Esprit de Dieu le conduirait dans la vérité.

 

Bien qu'il y ait de nombreux événements prophétiques annoncés dans ce livre, nous pouvons aussi comprendre que cette révélation n'est pas seulement de la part de Jésus-Christ mais aussi une révélation au sujet de Jésus-Christ, car, comme nous le verrons, Jésus est au cœur de ce merveilleux livre. Le ministère de Jésus, son œuvre de salut ne s'est pas terminé à la croix. Bien que cette parole « tout est accompli » soit sortie de la bouche du sauveur crucifié, son œuvre se poursuit toujours dans les lieux célestes et il a encore des choses à nous révéler.

« Il y a plusieurs demeures dans la maison de mon Père. Si cela n’était pas, je vous l’aurais dit. Je vais vous préparer une place. Et, lorsque je m’en serai allé, et que je vous aurai préparé une place, je reviendrai, et je vous prendrai avec moi, afin que là où je suis vous y soyez aussi. » (Jean 14:2,3)

Jésus nous prépare une place aujourd'hui ; Il reviendra une fois que notre place sera prête.

De quelle place s'agit-il ? Pourquoi est-ce si long ? Pourquoi est ce que Jésus n'est pas encore revenu ? Autant de questions auxquelles répond le livre de l'Apocalypse, livre de la révélation.

Nous pouvons noter qu'il y a dans le texte ce que nous appellerons, une chaîne de transmission, transmission de la révélation : La révélation vient de Jésus-Christ qui l'a reçue lui-même de son Père et qui l'a confié à un ange qui l'a transmis à Jean qui, à son tour, la transmet aux serviteurs de Dieu.

Cette chaîne de transmission est elle fiable ? Un message transmis par plusieurs intermédiaires est souvent modifié, amplifié ou amoindri. Quand est-il de cette révélation donnée par Dieu ?

Il semble que Dieu veuille insister sur la véracité du contenu de ce livre :

Ce message est attesté « lequel a attesté » (verset 2)

Le premier titre donné à Jésus est «  le témoin fidèle » donc le message sera bien transmis.

La véracité du livre est attestée par 3 fois dans les derniers versets suivants :

«  Ces paroles sont certaines et véritables » (22:6)

«  C’est moi Jean, qui ai entendu et vu ces choses » (22:8)

« Moi, Jésus, j’ai envoyé mon ange pour vous attester ces choses dans les Eglises » (22:16)

 

De plus, Dieu met en garde quiconque touchera à la véracité de ce livre :

 

«  Je le déclare à quiconque entend les paroles de la prophétie de ce livre : Si quelqu’un y ajoute quelque chose, Dieu le frappera des fléaux décrits dans ce livre ; et si quelqu’un retranche quelque chose des paroles du livre de cette prophétie, Dieu retranchera sa part de l’arbre de la vie et de la ville sainte, décrits dans ce livre. Celui qui atteste ces choses dit : Oui, je viens bientôt. Amen ! Viens, Seigneur Jésus ! Que la grâce du Seigneur Jésus soit avec tous ! » (22:18-20)

 

Je suis de ceux qui croient que la parole de Dieu ne peut être détournée ; Bien qu'il y ait de nombreuses traductions de la bible qui soient tendancieuses, que certains textes soient parfois présents dans certains manuscrits et absents dans d'autres, Le Seigneur permet toujours à sa parole de traverser les épreuves du temps et des ténèbres afin que sa lumière brille dans le cœurs de ceux qui cherchent et qui ont soif de justice et de vérité.

 

«  la parole du Seigneur demeure éternellement » (1 Pierre 1:25)

Apocalypse 1:2,3

Apocalypse 1:2,3 - Les yeux sur Jésus

«  lequel a attesté la parole de Dieu et le témoignage de Jésus-Christ, tout ce qu’il a vu »

 

Qu'est-ce que le témoignage de Jésus ?

On peut d'abord penser que c'est le témoignage que les hommes qui l'ont vu ont rendu de Lui.

Le texte semble aller un peu plus loin, il appairait plutôt que c'est un don, une révélation que Jésus Lui-même accorde à son peuple :

« Je rends à mon Dieu de continuelles actions de grâces à votre sujet, pour la grâce de Dieu qui vous a été accordée en Jésus-Christ. Car en lui vous avez été comblés de toutes les richesses qui concernent la parole et la connaissance, le témoignage de Christ ayant été solidement établi parmi vous, de sorte qu’il ne vous manque aucun don, dans l’attente où vous êtes de la manifestation de notre Seigneur Jésus-Christ. (1 Corinthiens 1:4-7)

Il s'agit ici d'un don accordée à l’Église qui englobe « toutes les richesses de la parole et de la connaissance »

L'ange qui parle à Jean va préciser quel est ce témoignage de Jésus :

«  Et je tombai à ses pieds pour l’adorer ; mais il me dit: Garde-toi de le faire ! Je suis ton compagnon de service, et celui de tes frères qui ont le témoignage de Jésus. Adore Dieu.  Car le témoignage de Jésus est l’esprit de la prophétie. » (19:10)

Ainsi les frères de Jean qui ont le témoignage de Jésus ont l'esprit de la prophétie, c'est à dire qu'ils sont prophètes.

Cette interprétation est confirmée par ce texte qui est quasi identique au précédent:

«  Et quand j’eus entendu et vu, je tombai aux pieds de l’ange qui me les montrait, pour l’adorer. Mais il me dit : Garde-toi de le faire ! Je suis ton compagnon de service, et celui de tes frères les prophètes, et de ceux qui gardent les paroles de ce livre. Adore Dieu. » (22:8,9)

 

Voyez qu'ici dans ce texte, les frères qui ont le témoignage de Jésus sont remplacés par les prophètes.

Ces deux passages semblent nous indiquer que Jean est bien considéré par l'ange comme un prophète car à deux reprises il mentionne les prophètes comme étant  ses « frères »

 

Apocalypse 1:3

« Heureux celui qui lit et ceux qui entendent les paroles de la prophétie, et qui gardent les choses qui y sont écrites ! Car le temps est proche. »

 

Nous trouvons de nombreuses paroles dans la bible commençant par ce mot « heureux » en particulier dans les psaumes, les proverbes et aussi dans l'évangile de Matthieu (5:3-11) passage, que l'on a nommé « les béatitudes ». Le livre de l'Apocalypse en contient 7 exactement.

Lors d'études précédentes nous avions vu que le chiffre 7 représente dans la bible , la plénitude, ce qui est accompli, achevé. Nous retrouverons ce chiffre souvent dans ce livre.

 

7 béatitudes, 7 « heureux » dans ce livre fait de lui un livre de bénédictions, bénédictions pour celui qui prêche les paroles de ce livre «Heureux celui qui lit » (il s'agit ici de celui qui fait la lecture, qui enseigne) et bénédictions pour ceux qui entendent :« et ceux qui entendent les paroles de la prophétie »

Voyez comment Jean décrit ce livre, non pas comme un livre qui doit nous faire peur, mais un livre qui va nous rendre « heureux ».

Oui, la révélation de Jésus- Christ, le témoignage qu'Il veut nous apporter va nous rendre heureux, au travers de l'étude de ce livre.

Il y a cependant une « condition » dans cette béatitude : « et qui gardent les choses qui y sont écrites ! »

Il nous faut garder les paroles de ce livre , garder c'est ne pas les refouler dans un coin de notre esprit mais les garder vivantes dans notre cœur « Car le temps est proche. »

Le temps est proche pour chacun, car nous ne savons pas de quoi sera fait demain et chaque minute qui passe nous rapproche de la fin.

Revenons un peu en arrière

Rappelons nous les instants de la naissance de notre Seigneur dans la chair. Rappelons nous ce témoignage laissé par les anges aux bergers, à Bethléhem :

«  Ne craignez point ; car je vous annonce une bonne nouvelle, qui sera pour tout le peuple le sujet d’une grande joie: c’est qu’aujourd’hui, dans la ville de David, il vous est né un Sauveur, qui est le Christ, le Seigneur. Et voici à quel signe vous le reconnaîtrez: vous trouverez un enfant emmailloté et couché dans une crèche. Et soudain il se joignit à l’ange une multitude de l’armée céleste, louant Dieu et disant: Gloire à Dieu dans les lieux très hauts, Et paix sur la terre parmi les hommes qu’il agrée ! Lorsque les anges les eurent quittés pour retourner au ciel, les bergers se dirent les uns aux autres : Allons jusqu’à Bethléhem, et voyons ce qui est arrivé, ce que le Seigneur nous a fait connaître. Ils y allèrent en hâte, et ils trouvèrent Marie et Joseph, et le petit enfant couché dans la crèche. Après l’avoir vu, ils racontèrent ce qui leur avait été dit au sujet de ce petit enfant. Tous ceux qui les entendirent furent dans l’étonnement de ce que leur disaient les bergers. Marie gardait toutes ces choses, et les repassait dans son cœur. Et les bergers s’en retournèrent, glorifiant et louant Dieu pour tout ce qu’ils avaient entendu et vu, et qui était conforme à ce qui leur avait été annoncé. » (Luc 2:10-20)

 

Nous avons dans ce récit, les mêmes éléments que nous retrouvons dans les premiers versets de l'Apocalypse, la présence d'un ange, l’annonce de ne pas avoir peur mais d'être dans la joie, des hommes, les bergers, qui vont raconter le témoignage qu'ils ont entendu, d'autres qui vont entendre ce témoignage et Marie qui va le garder et le repasser dans son cœur.

Frères et sœurs gardons, comme l'a fait Marie, ce témoignage de Jésus qu'est le livre de la révélation, chérissons le dans notre cœur et lorsque nous verrons les paroles de ce livre s'accomplirent alors nous ne ferons pas partie de ceux qui seront dans la crainte mais nous serons « heureux » comme les bergers « glorifiant et louant Dieu pour tout ce qu’ils avaient entendu et vu, et qui était conforme à ce qui leur avait été annoncé »

 

 

Apocalypse 1: 4 et 5 A (1ère partie du verset 5)

Apocalypse 1: 4 et 5 A (1ère partie du verset 5) - Les yeux sur Jésus

«  Jean aux sept Eglises qui sont en Asie : que la grâce et la paix vous soient données de la part de celui qui est, qui était, et qui vient, et de la part des sept esprits qui sont devant son trône, et de la part de Jésus-Christ, le témoin fidèle, le premier-né des morts, et le prince des rois de la terre ! »

 

Voilà une salutation qui s'adresse aux 7 Églises d'Asie, cependant, à l'époque, l'Asie mineure (La Turquie actuelle) en comprenait bien davantage et le chiffre 7 nous indique que ce message s'adresse à toutes les Églises, la plénitude des Églises, non seulement géographiquement mais aussi au travers des siècles. Nous verrons dans l'étude des lettres aux Églises que celles-ci couvrent toute l'époque de l'ère chrétienne, de l’Église primitive jusqu'à celle qui verra le retour de Jésus.

Comme nous l'avons vu précédemment, ce livre contient un message de « grâce et de paix » venant de la part de Dieu.

Ce verset implique une triple salutations. Le texte est clair, la grâce et la paix peuvent nous êtres données ici de la part de 3 personnes :

 

1)

«  de la part de celui qui est, qui était, et qui vient » Il s'agit de Dieu le Père cité aussi au verset 8 :

«  Je suis l’alpha et l’oméga, dit le Seigneur Dieu, celui qui est, qui était, et qui vient, le Tout-Puissant. »

 

2)

« de la part des sept esprits qui sont devant son trône » Il s'agit de la plénitude de l'Esprit, l'Esprit saint qui est l'Esprit du Père et aussi l'Esprit du Fils. Nous le retrouvons étroitement lié à l'agneau dans le verset qui suit, avec des similitudes de texte :

«  Et je vis, au milieu du trône et des quatre êtres vivants et au milieu des vieillards, un agneau qui était là comme immolé. Il avait sept cornes et sept yeux, qui sont les sept esprits de Dieu envoyés par toute la terre. » (Apoc 5:6)

Ici les 7 yeux de l'Agneau sont ces mêmes 7 esprits qui peuvent être « par toute la terre » nous reconnaissons là, le ministère du Saint Esprit. Il ne peut pas s'agir d'autre « chose » car ces 7 esprits peuvent donner « la grâce et la paix » que Dieu seul peut donner.

Pour ceux qui ont étudier le sanctuaire, ils se souviennent que le chandelier à 7 branches qui était dans le lieu saint représentait le Saint Esprit ; études que vous pouvez retrouver ici :

https://www.facebook.com/SEIGNEUR.JESUS/photos/a.200726509985094.49575.158461817544897/1034300009961069/?type=3&theater

Si ces 7 esprits sont le Saint Esprit représenté par le chandelier il n'est donc pas étonnant de trouver ce verset : « Devant le trône brûlent sept lampes ardentes, qui sont les sept esprits de Dieu. » (Apoc 4:5)

 

3)

« de la part de Jésus-Christ, le témoin fidèle », inutile de développer, le texte est clair.

Pourquoi cette appellation « témoin fidèle ». Chaque mot de la parole de Dieu est pesé et il a un sens profond signifiant quelque chose pour nous ; voyons ce que signifie « témoin fidèle »

 

Lisons le psaume 89 versets 31 à 37

«   S’ils violent mes préceptes Et n’observent pas mes commandements, Je punirai de la verge leurs transgressions, Et par des coups leurs iniquités ; Mais je ne lui retirerai point ma bonté Et je ne trahirai pas ma fidélité, Je ne violerai point mon alliance Et je ne changerai pas ce qui est sorti de mes lèvres. J’ai juré une fois par ma sainteté, Mentirai-je à David ? Sa postérité subsistera toujours ; Son trône sera devant moi comme le soleil, Comme la lune il aura une éternelle durée, Le témoin qui est dans le ciel est fidèle. »

Ici la promesse faite par Dieu à David est garantie par le témoin fidèle qui est dans le ciel.

Si donc Jésus est le témoin fidèle, Il est celui qui se pose comme garant de toutes les promesses de Dieu, y compris celle qui nous sont données ici et dans la suite du livre de l'Apocalypse.

Toutes les promesses faites dans l'ancien testament trouvent leurs réalisations dans le livre de l'Apocalypse, il n'est pas étonnant que Jésus en soit le garant, il n'est pas étonnant non plus de trouver autant de citations de l'ancien testament dans ce livre d'Apocalypse qui est la synthèse et la confirmation de tout ce qui nous a été annoncé.

 

«  le premier-né des morts »

Chronologiquement, d'autres ont ressuscités avant Jésus mais il est le premier né parce qu'il est le principe de la résurrection. Il n'est pas le premier dans le temps, mais le premier dans le rang.

Le premier né était celui qui était consacré à l’Éternel mais parfois Dieu appelle « son premier né » celui qui lui est fidèle et consacré même s'il n'est pas le premier enfant dans le temps : 

« Car ainsi parle l’Eternel : Poussez des cris de joie sur Jacob, Eclatez d’allégresse à la tête des nations ! Elevez vos voix, chantez des louanges, et dites: Eternel, délivre ton peuple, le reste d’Israël ! Voici, je les ramène du pays du septentrion, Je les rassemble des extrémités de la terre ; Parmi eux sont l’aveugle et le boiteux, La femme enceinte et celle en travail ; C’est une grande multitude, qui revient ici. Ils viennent en pleurant, et je les conduis au milieu de leurs supplications ; Je les mène vers des torrents d’eau, Par un chemin uni où ils ne chancellent pas ; Car je suis un père pour Israël, Et Ephraïm est mon premier-né. » (Jérémie 31:7-9)

Ici Dieu considère Ephraïm comme un premier né alors que Ruben fut le premier fils de Jacob mais la consécration d'Ephraïm fit de lui le « premier-né »

 

Regardons encore ce texte :  « Et moi, je ferai de lui le premier-né, Le plus élevé des rois de la terre » (Psaume 89:27,28) ici, c'est dans le sens du rang qu'Il est le premier-né, le plus élevé. Ce texte est messianique et se rapporte à Jésus qui est le plus élevé des rois de la terre comme nous le voyons dans le verset d'aujourd'hui :

 

«  le prince des rois de la terre ! » Ce titre nous suggère que Jésus n'est pas encore le roi des rois, mais Il est le prince des rois en attendant de recevoir le royaume du Père, événement qui est tout proche et qui précède son retour.

Apocalypse 1: 5 B et 6

Apocalypse 1: 5 B et 6 - Les yeux sur Jésus

«  A celui qui nous aime, qui nous a délivrés de nos péchés par son sang, et qui a fait de nous un royaume, des sacrificateurs pour Dieu son Père, à lui soient la gloire et la puissance, aux siècles des siècles ! Amen ! »

 

Voilà une louange au Seigneur, louange bien méritée !

Il est question ici de Jésus, Ce Jésus qui nous aime et qui nous délivre de nos péchés par son sang.

Oui, l'homme est prisonnier de son péché qu'il le reconnaisse ou pas, il n'est certainement pas maître de lui-même mais esclave de « son moi », de son ego, de sa chair et ses désirs. Nous sommes incapables par nature de faire ce qui est bon mais notre coeur naturel nous pousse à pécher, et même si nous sommes pacifistes et ne faisons pas de mal à notre prochain, nous sommes prisonniers de nous mêmes, à la recherche de notre propre intérêt. Dieu ne nous propose pas de mettre un pansement sur notre péché afin de le cacher et de paraître en meilleur condition, Il veut et Il va, si nous le désirons, nous délivrer complètement de nos péchés :

«  Voici l’Agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde. » Jésus ôte le péché, il nous en délivre complètement !  « Si donc le Fils vous affranchit, vous serez réellement libres. » (Jean 8:36)

La médecine humaine propose aux hommes et aux femmes atteints de maladies incurables des soins pour vivre mieux en attendant « la fin » ; Le Grand médecin des âmes détruit la maladie du péché en vue de l'éternité ! N'est-ce pas un sujet de louanges pour «  celui qui nous aime, qui nous a délivrés de nos péchés par son sang » ?

 

«  Il a fait de nous un royaume, des sacrificateurs pour Dieu son Père »

Ce passage reprend un texte de l'ancien testament :

« Maintenant, si vous écoutez ma voix, et si vous gardez mon alliance, vous m’appartiendrez entre tous les peuples, car toute la terre est à moi ; vous serez pour moi un royaume de sacrificateurs et une nation sainte. » (Exode 19:5,6)

Nous retrouvons cette idée à plusieurs reprises :

«  tu as fait d’eux un royaume et des sacrificateurs pour notre Dieu, et ils régneront sur la terre. » (Apoc 5:10)

«  ils seront sacrificateurs de Dieu et de Christ, et ils régneront avec lui pendant mille ans. » (Apoc 20:6)

« Vous, au contraire, vous êtes une race élue, un sacerdoce royal » (1 Pierre 2:9)

 

Dans l'ancien Israël, il appartenait à la tribu des lévites d'être au service du sanctuaire, ils étaient dans leur sacerdoce, des sacrificateurs pour Dieu. Ils étaient les prêtres en fonction, les médiateurs, dans le service des sacrifices, entre Dieu et les hommes. Ils étaient aussi ceux qui enseignaient la parole de Dieu.

«  Pendant longtemps il n’y a eu pour Israël ni vrai Dieu, ni sacrificateur qui enseignât, ni loi. » (2 Chroniques 15:3)

Jésus Christ fait de chaque chrétien un sacrificateur, un médiateur entre Dieu et les hommes, un porteur de l'évangile pour chaque homme, une lumière dans le monde :

«  Nous faisons donc les fonctions d’ambassadeurs pour Christ, comme si Dieu exhortait par nous ; nous vous en supplions au nom de Christ : Soyez réconciliés avec Dieu ! » (2 Corinthiens 5:20)

 

Quels sacrifices peut on apporter à Dieu ?

« Je vous exhorte donc, frères, par les compassions de Dieu, à offrir vos corps comme un sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu, ce qui sera de votre part un culte raisonnable. » (Romains 12:1)

Voilà ce que Dieu agrée comme sacrifice, l'offrande de tout notre être, l'offrande de notre cœur :

«  Si tu avais voulu des sacrifices, je t’en aurais offert ; Mais tu ne prends point plaisir aux holocaustes. Les sacrifices qui sont agréables à Dieu, c’est un esprit brisé : O Dieu ! tu ne dédaignes pas un cœur brisé et contrit. » (Psaume 51:18,19)

Si nos coeurs appartiennent à Dieu alors nos lèvres le confesseront et nous prendrons aussi soin de notre prochain: 

« Par lui, offrons sans cesse à Dieu un sacrifice de louange, c’est-à-dire le fruit de lèvres qui confessent son nom. Et n’oubliez pas la bienfaisance et la libéralité, car c’est à de tels sacrifices que Dieu prend plaisir.  » (Hébreux 13:15,16)

Tout cela dans le but :«  d’offrir des victimes spirituelles, agréables à Dieu par Jésus-Christ. » (1 Pierre 2:5)

Amener à Christ les âmes qui se perdent, voilà quel est le ministère confié à chaque chrétien, à chaque sacrificateur.

 

« à lui soient la gloire et la puissance, aux siècles des siècles ! Amen ! »